gros


Réserver


facebook twitter
Les comédiens

Damien CHAUMONT, dans le rôle de Max Weetabix
Fan de théâtre depuis toujours, Damien a suivi les cours du soir de Mylène Lormier au cours Peyran-Lacroix. Il monte sur les planches pour la première fois en 2019, où il rejoint le chœur de Pierre et l'association Pestac pour le rôle de l'homme dans la comédie musicale Filles de Mathilde au théâtre du Gymnase. Depuis, on a pu le voir entre autres jouer les rôles de Georges, le chef cambrioleur dans Dame seule, villa isolée à l’Auguste Théâtre, le sourd mais attachant Oncle Vézinet dans Un Chapeau de paille d'Italie au Ciné XIII Théâtre, Joseph dans La Bûche à l'Auguste Théâtre, Le Roi et Miranda dans Royal Academy au Théâtre du Gymnase, ainsi que dans La Demande en mariage de Tchekhov à l'Essaïon et Le Cinéma des ménages (mes. Renaud Marx) au Théâtre Adyar. Egalement chanteur et artiste de comédie musicale, Damien fait partie de la troupe des Barrés de Broadway depuis leur origine. Il a récemment interprété les rôles de Douglas Panch et de William Barfaye en alternance dans Le 25ème Concours d’orthographe du comté de Putnam. Il était également le Barré Jaune dans les 3 premiers spectacles de la troupe.


Damien
Marc-Antoine CLERET, dans les rôles de James et de Mark Capone
Marc-Antoine débute le théâtre en 2006 avec une comédie anglaise de P.G. Wodehouse, La Vie de château, où il interprète le majordome Jeeves, rôle pour lequel il obtient le prix du meilleur comédien au festival de l’INT d’Evry. L’année suivante, il écrit et met en scène sa 1ère pièce, la comédie policière Mauvais Soir. Après un passage par le Cours Florent, il rejoint en 2010 la Compagnie de l’Arme blanche pour laquelle il interprète de nombreux rôles : le roi Claudius dans Hamlet de Shakespeare (mes. Adil Laboudi), le Papet dans Manon des sources de Marcel Pagnol (mes. Céline Mas), Clitandre dans George Dandin de Molière (mes. Victoire Vasselle), Barbu dans Les Candidats (création d’Arnaud Kenigsberg) et Mathieu/Madame de Mertheuil dans Nos Mœurs inconséquentes, une pièce adaptée des Liaisons dangereuses de Chauderlos de Laclos (création de Jean-Rémi Girard). Toujours dans cette compagnie, il revient également à la mise en scène en dirigeant Un Chapeau de paille d’Italie d’Eugène Labiche en 2015, Toâ de Sacha Guitry en 2017, et en assistant Maïlys Levasseur à la mise en scène du Cendrillon de Joël Pommerat en 2016. En parallèle de ses activités au théâtre, il se forme également à la comédie musicale en cours du soir à l’AICOM de 2016 à 2018.


Marc-Antoine
Karim EL QUASRI, dans le rôle de Charles Painty
Karim fait du théâtre depuis l’âge de 15 ans. Son premier rôle : celui du baron Hubert de Montvermeil dans un vaudeville de Jean Valmy et Raymond Vinci, J’y suis j’y reste. Suivront Une demande en mariage de Tchékhov (rôle du prétendant) ou encore Iphigénie ou le péché des dieux de Michel Azama (rôles d'Achille et d'Apollon). En 2006, dans Le Satyre de la Villette de René de Obaldia, Karim interprète Monsieur Paillard. La pièce est notamment jouée au festival de théâtre de Reims Monte en scène. Une de ses expériences théâtrales les plus mémorables restera l’interprétation du rôle de Clitandre dans Les Femmes savantes en 2010. Plus récemment, on le retrouve dans La Folle de Chaillot (Le Baron), Nos Moeurs inconséquentes (Vivian), Un Chapeau de paille d'Italie (Bobin) ou encore dans Toâ de Sacha Guitry (Henri Paugnet) en 2018. Karim s’investit également dans la vie de la Compagnie de l’Arme Blanche en occupant depuis 3 ans le poste de trésorier.


Karim
Philippe GENNETIER, dans le rôle d'Adolphus Spanker
Amateur de théâtre depuis longtemps, Philippe commence en suivant pendant 3 ans les ateliers au Centre des arts de la scène à Paris. Dans ce cadre il interprète notamment le rôle de Smirnov dans L'Ours de Tchekhov au Théâtre de l'Essaïon. Fin 2016, il intègre la Compagnie Déborde Scène et joue à l'Auguste Théâtre dans deux pièces de Jean-Claude Deret, Dame seule, villa isolée et Toutou où il interprète le rôle-titre (mes. Frédéric Leroy). C’est là qu’il rencontre Aude Thomas et Damien Chaumont qui lui feront découvrir la Compagnie de l’Arme blanche, et plus particulièrement la troupe de London sans complexe qu’il rejoint en 2018 pour interpréter le rôle d’Adolphus Spanker.


Philippe
Evrard KLEIN, dans le rôle de Richard Bright
Fan de théâtre, Evrard a le plaisir de pratiquer sa passion depuis une quinzaine d’années, d’abord avec l’association Comedia, puis avec la Compagnie de l’Arme blanche. Avec London sans complexe, il a le plaisir de retrouver d’anciens camarades de scène : Pierre-Alexandre Koch, qui l’avait dirigé dans sa première expérience du vaudeville avec Le Dindon de Feydeau ; Marc-Antoine Cléret, avec qui il avait joué dans La Vie de château, comédie burlesque déjà issue du théâtre anglais ; Victoire Vasselle, Karim El Quasri et Damien Chaumont, respectivement sa femme, son cousin et son vieil oncle par alliance dans Un chapeau de paille d'Italie d’Eugène Labiche où il interprétait le rôle de Fadinard. En un mot : la famille. D’un point de vue comédie, il a aussi joué dans une adaptation moderne des Femmes savantes de Molière (mes. Jean-Rémi Girard). Evrard a également eu l’occasion de participer à des pièces plus tragiques comme Phèdre de Racine, Un conte de Noël de Dickens, Manon des sources, adaptation du roman de Marcel Pagnol, ou encore Les Candidats, un thriller créé par Arnaud Kenigsberg.


Evrard
Pierre-Alexandre KOCH, dans le rôle de Sir Henry Painty
London sans complexe est la 4ème pièce de la Compagnie de l’Arme blanche à laquelle participe Pierre-Alexandre, après George Dandin de Molière où il interprétait M. de Sotenville, Un Chapeau de paille d’Italie d’Eugène Labiche où il jouait Nonancourt, et Les Candidats, une création d’Arnaud Kenigsberg. Préalablement à la compagnie, Pierre-Alexandre a eu le bonheur de prendre part à de nombreux projets théâtraux avec une prédilection certaine pour les comédies, notamment avec Le Dindon de Feydeau ou Les Grelots du fou de Luigi Pirandello qu’il mit en scène, mais aussi quelques drames comme Roberto Zucco de Koltès. London sans complexe permet à Pierre-Alexandre de retrouver les joies de la comédie anglaise plus de 10 ans après avoir traduit, librement adapté et mis en scène avec Pierre-Henri Traboulsi une comédie de P.G. Wodehouse, La Vie de château, qui reçut plusieurs prix, notamment ceux de la mise en scène et du meilleur comédien, lors de festivals étudiants.


Pierre-Alexandre
Aude THOMAS, dans le rôle de Lady Gaëlle Spanker
En commençant une carrière de danseuse étoile dans un magnifique ballet, dans le rôle d’une charmante petite panthère rose, Aude se découvre une passion : entrer dans la peau d'un personnage. Rêveuse, curieuse et passionnée, Aude poursuit ses aspirations artistiques en intégrant des cours comme l’Actor’s Factory ou les cours Cochet. Femme de chambre coquine et espiègle chez Feydeau, folle hystérique dans La Venise zigouillée de Ribes ou Lucrèce Borgia déchaînée, Aude continue d'usurper les identités avec plaisir et dévouement. Fin 2014, elle intègre la Compagnie de l’Arme blanche pour jouer l'inspectrice froide et déterminée du FBI Kelly Mosely dans Promenade de santé, une adaptation du film Midnight Run, puis elle endosse le costume de la pétillante et explosive Claudine dans la pièce de Molière George Dandin. Elle intègre par la suite la troupe de Toâ de Sacha Guitry pour y interpréter Françoise. Entre temps, Aude se confronte également au jeu face à la caméra dans des séries TV et des longs métrages. Elle a participé à 6 courts métrages depuis 2017, dont 3 premiers rôles.


Aude
Aurélie TORCHE, dans le rôle de Violette
Aurélie fait ses premiers pas sur scène à 13 ans dans le rôle d'une "mama du sud" dans la pièce musicale Banjo jouée au Théâtre Epidaure de Bouloire (Sarthe). Accompagnée par des comédiens intervenants, elle interprète ensuite le rôle d’Elga dans la pièce Une Famille ordinaire qui donna suite à de nombreuses représentations théâtrales ouvertes au public dans l'Amphithéâtre. Formée pendant 2 ans au Conservatoire du Mans en Art dramatique et en Chant Lyrique, elle incarne des rôles variés dans le cadre de travaux collectifs sur le théâtre japonais et russe joués au Théâtre de l'Ephémère du Mans. Arrivée sur Paris, elle intègre la Déesse compagnie en 2016 où elle interprète les rôles de Pyrrha dans Le Royaume décapité d’Emma Dubois d'après Marie Tudor de Victor Hugo et de Johanna dans Michèle de Djamel Saïbi au Tremplin Théâtre. En 2018 à l'Espace Beaujon elle incarne le rôle de Mme Pervenche dans Le Colonel moutarde avec le chandelier dans la véranda, une création de Jean-Rémi Girard pour la Compagnie de l'Arme Blanche qu'elle rejoint. Elle s'investit également dans la vie de la compagnie en occupant cette année le poste de secrétaire adjointe.


Aurélie
Victoire VASSELLE, dans le rôle de Grace Weetabix
Victoire découvre le théâtre dès l’âge de 10 ans notamment à travers les festivals Unirêve des lycées jésuites à Avignon. Elle y joue des personnages extravertis de Beckett (En attendant Godot) et de Pirandello (On ne sait jamais tout) mais aussi Rosette dans On ne badine pas avec l’amour de Musset, Les pas perdus de Denise Bonal, Phénice dans Bérénice de Racine, ou encore Suzanne dans Le Mariage de Figaro de Beaumarchais. Elle poursuit l’art dramatique au Cours Florent où elle est diplômée en 2013. La même année, elle monte pour la première fois sur les planches parisiennes en interprétant Andrée dans Manon des sources de Pagnol mis en scène par Céline Mas. Elle crée ensuite la Compagnie Camille Daunaire dans laquelle elle met en scène une création de Camille Daunaire, Les Sabine(s). Puis avec la Compagnie de l’Arme blanche, elle interprète Eddie Mascone dans Une Promenade de santé, création de Xavier Kutalian et Erik Soussi, et Hélène dans Un Chapeau de paille d’Italie de Labiche. En 2016, elle met en scène George Dandin de Molière. Enfin, elle interprète le rôle de la flamboyante Ecaterina dans Toâ de Guitry avant de revenir en 2019 dans London sans complexe.


Victoire